Les femmes et le programme de leadership

Ce mois-ci, c’est avec grand enthousiasme que nous passons la parole à l’un de nos conseils des jeunes, le National Indigenous Young Women’s Council, pour son rôle dans la conférence préliminaire indigène internationale sur le VIH et le sida, à Durban.

Femmes et filles : Leaders, activistes et championnes dans la lutte au VIH
Retour sur la Conférence préliminaire indigène internationale sur le VIH et le sida 2016

Par Kari-Dawn Wuttunee

Tansi, je vous suis reconnaissante de m’accorder cette tribune écrite pour témoigner de mon expérience en tant que participante à la Conférence préliminaire indigène internationale sur le VIH et le sida 2016 à Durban, en Afrique du Sud, les 16 et 17 juillet 2016. Affiliée à la Conférence internationale sur le sida, la Conférence préliminaire indigène internationale sur le VIH et le sida est un forum permettant aux peuples indigènes des quatre coins du globe de mettre en commun leurs pratiques sages et prometteuses, d’apprendre les uns des autres et d’établir des relations au-delà les continents, les cultures, les traditions et les langues. Cette année, la Conférence préliminaire mettait au premier plan les peuples indigènes de l’Afrique australe afin d’explorer l’indigénéité en Afrique et d’étudier l’état du VIH dans cette région et ses communautés africaines. En tant que pays hôte, l’Afrique du Sud joue un rôle important puisque son taux d’épidémie au VIH est le plus élevé dans le monde, le nombre de ses habitants vivant avec le VIH étant estimé à 6,19 millions.

J’ai trouvé que les séances de la Conférence préliminaire de cette année étaient diversifiées et étonnantes; l’une de celles-ci mettait en vedette les jeunes femmes du groupe Girls Leading Change — un projet de l’Université métropolitaine Nelson Mandela — dont la présentation portait le titre Femmes et filles : Leaders, activistes et championnes dans la lutte au VIH. Chacune des jeunes femmes du projet a saisi l’occasion pour nous raconter ce qu’elle a vécu en déménageant d’une collectivité rurale pour aller étudier en milieu urbain. Assises en demi-cercle, parées des atours traditionnels et portant fièrement le t-shirt de Girls Leading Change, elles ont pris la parole, à tour de rôle, pour parler du défi qu’elle devait relever, chaque récit tramé de combats et de réussites. J’étais fière de les connaître, de les compter comme amies et de réaliser qu’elles m’avaient appris bien plus que ne l’avait fait toute autre rencontre sur la résilience, la culture et la bonté. Je sais que désormais, les témoignages de ces jeunes femmes luttant contre l’oppression quotidienne de la stigmatisation et du racisme remodèleront le récit de la féminité indigène et changeront les normes sexistes. Je les remercie pour leur amitié, et me réjouis de travailler avec ce groupe extraordinaire de jeunes femmes indigènes sud-africaines.

Filed Under:

About the Author: Brought to you by the Canadian Aboriginal AIDS Network (CAAN).

FluxComments (0)

Trackback URL

Leave a Reply




If you want a picture to show with your comment, go get a Gravatar.