Groupe de travail indigène international sur le VIH et le sida

J’ai beaucoup appris de la sagesse et de la bravoure des dirigeants du Groupe de travail indigène sur le VIH et le sida (GTIIVS).

Les dirigeants indigènes internationaux de la communauté du VIH et du sida proviennent des quatre coins du monde; pourtant, ils donnent l’exemple en se rassemblant avec cœur, esprit et passion pour lutter ensemble contre le VIH et le sida. Nous avons réellement parcouru beaucoup de chemin, et pourtant, à de nombreux égards, les répercussions de nos efforts de lutte au VIH dans le monde commencent à avoir un effet sur les peuples indigènes.

UN NOUVEAU PLAN STRATÉGIQUE

Nous assistons au crépuscule du Plan stratégique international sur le VIH/sida pour les peuples et les collectivités autochtones de 2011 à 2017 (http://www.iiwgha.org/strategy/), puisqu’il se terminera avec la présente année. Les dirigeants du GTIIVS ont pris du recul pour évaluer leur travail, et peaufinent maintenant le prochain plan stratégique. C’est lors de la Journée mondiale du sida, le 1er décembre 2017, que sera rendue publique la nouvelle version de ce plan.

Le GTIIVS a établi des liens solides avec les organismes indigènes de services pour le sida de nombreux pays ainsi qu’avec d’autres organisations non gouvernementales (ONG) à l’échelle locale, nationale et internationale. Parmi nos alliés figurent l’International Council of AIDS Service Organizations, la Coalition interagence sida et développement, le Global Network of People living with HIV, ONUSIDA, la Société internationale sur le sida et la Communauté Internationale des Femmes vivant avec le VIH/sida, pour n’en nommer que quelques-uns.

Notre liste d’alliés ne cesse de s’allonger à mesure que nous faisons connaître notre organisation et nos besoins.

L’INSTANCE PERMANENTE SUR LES QUESTIONS AUTOCHTONES DES NATIONS UNIES

Une délégation de dirigeants du GTIIVS faisait les manchettes, à la fin d’avril 2017, lors de la 16e session de l’Instance permanente sur les questions autochtones des Nations Unies à New York. Un grand pas a été accompli, et les peuples indigènes se sont redressés pour prêter l’oreille lorsque nous avons parlé du VIH.

La prise de la parole par la délégation du GTIIVS a conduit à l’inclusion d’une recommandation dans le rapport final https://undocs.org/fr/E/2017/43, énoncée dans le paragraphe 42 comme suit : L’Instance permanente recommande que le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), le fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) et le Groupe d’appui interorganisations sur les questions concernant les peuples autochtones coorganisent [d’ici] 2019 une réunion d’experts sur le VIH/sida à laquelle les autochtones infectés ou touchés par le virus participeront pleinement et effectivement, qu’ils analysent les déterminants socioculturels et économiques de la santé pour prévenir, prendre en charge et traiter le VIH/sida dans les communautés autochtones en coopération avec l’Instance permanente, afin de garantir la réalisation de la cible 3.3 des objectifs de développement durable.

LA COMMUNAUTÉ INDIGÈNE INTERNATIONALE SUR LE VIH ET LE SIDA ET L’ÉNONCÉ EN 10 POINTS

La délégation du GTIIVS a également tenu un événement parallèle, baptisé « Les peuples de la terre et le VIH » par l’Instance permanente sur les questions autochtones des Nations Unies, au cours duquel on a présenté un audacieux énoncé en 10 points et annoncé la création de la nouvelle Communauté indigène internationale sur le VIH et le sida (CIIVS), une ONG enregistrée au Canada avec qui le GTIIVS fera équipe pour progresser.

Depuis plus de trente ans, les dirigeants indigènes de partout dans le monde travaillent pour créer la Communauté indigène internationale sur le VIH et le sida (CIIVS), qui a pour mission de produire une voix internationale unie pour les communautés indigènes dans la lutte au VIH et au sida. L’énoncé en 10 points a été rédigé par la CIIVS et le GTIIVS. Il se veut un outil pour les organisations et communautés indigènes des quatre coins du globe pour lutter contre le VIH et défendre les peuples indigènes touchés par les répercussions du VIH.

Le coordonnateur du GTIIVS, Trevor Stratton, demeure représentant de l’Amérique du Nord comme délégué de l’ONG au conseil de coordination du programme (CCP) de l’ONUSIDA. Les rencontres du conseil se tiennent en juin et en décembre. Trevor consacre 10 heures par semaine au travail de délégué de l’ONG pour le CCP de l’ONUSIDA.

José Yac, dirigeant du GTIIVS pour le Guatémala, participait au 40e CCP de l’ONUSIDA, en juin 2017, où il a pris la parole dans un panel pour le segment thématique intitulé « Prévention du VIH à l’horizon 2020 : un partenariat mondial pour l’exécution ». Il est très rare qu’une personne indigène ait l’occasion d’aborder au CCP de l’ONUSIDA le fait que les peuples indigènes ont été laissés derrière dans la lutte mondiale contre le VIH et le sida. José a expliqué l’influence importance/importante qu’ont les mécanismes de protection des droits de la personne comme la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones et la Convention numéro 169 de l’Organisation internationale du travail [sur les peuples indigènes et tribaux] lorsque l’on travaille auprès de peuples indigènes et dans le domaine du VIH.

DIRIGER UNE RECHERCHE SUR LE VIH CHEZ LES PEUPLES INDIGÈNES : VALEURS, APPROCHES ET LIGNES DIRECTRICES

Depuis plus d’un an, le comité de recherche du GTIIVS travaille à la production de lignes directrices pour aider à concevoir et à mettre en œuvre des projets de recherche sur le VIH et le sida avec les peuples indigènes. Bien que peu d’information fiable soit disponible sur le VIH et le sida pour les peuples indigènes, la surveillance actuelle et des données de recherche démontrent une prévalence élevée de VIH chez les peuples indigènes, à la fois dans les pays riches et dans les pays pauvres.

Le présent projet a pour but de produire des lignes directrices pour évaluer l’application des principes éthiques et les approches méthodologiques principales dans la mise en œuvre de projets de recherche avec les peuples indigènes; d’établir un cadre global pour faciliter la mobilisation et la pleine participation des peuples indigènes dans la recherche sur le VIH; et d’offrir un modèle de recherche sur le VIH pour les projets incluant les peuples indigènes. Ce protocole sera dévoilé dans un document rendu public lors de l’assemblée générale annuelle du Réseau canadien autochtone du sida (RCAS) à la fin de septembre à Calgary, au Canada.

CIBLES MONDIALES CONCERNANT LE VIH, LA TUBERCULOSE, L’HÉPATITE VIRALE ET LES IST DANS LES COMMUNAUTÉS AUTOCHTONES : DOCUMENTATION DES LEÇONS APPRISES ET MESURE DES PROGRÈS ACCOMPLIS

Réunis à Ottawa, au Canada, du 10 au 12 juillet 2017, indigènes, chercheurs et décideurs s’affairaient à rédiger des recommandations en vue de renforcer et d’harmoniser les systèmes de surveillance et d’évaluation pour suivre les résultats dans le continuum de soins. On peut lire l’article publié [en anglais] par le réseau Canadian Broadcasting Corporation ici : http://www.cbc.ca/beta/news/canada/ottawa/indigenous-hiv-gathering-ottawa-1.4199629

La présente initiative répond au besoin de documenter et de partager les pratiques et approches, sur le plan national et international, qui se démarquent ou sont prometteuses par leurs résultats qui concourent à l’atteinte des objectifs mondiaux en matière de réduction du VIH, de la tuberculose et de l’hépatite C. Elle mettra en place des occasions permettant aux indigènes, chercheurs et décideurs de créer des recommandations pour le renforcement et l’harmonisation des systèmes de surveillance et d’évaluation servant à suivre les résultats dans le continuum de soins.

Dans un autre ordre d’idées, Marama Mullen, présidente de la CIIVS, est un membre actif dans le comité de coordination de la Conférence internationale sur le sida, dont l’édition 2018 se déroulera à Amsterdam, aux Pays-Bas, en juillet 2018.

www.iiwgha.org

Retrouvez-nous sur www.aids2018.org

Filed Under:

About the Author: Brought to you by the Canadian Aboriginal AIDS Network (CAAN).

FluxComments (0)

Trackback URL

Leave a Reply




If you want a picture to show with your comment, go get a Gravatar.