Par Monique Fong, Coordonnatrice pour l’évaluation de la réceptivité communautaire, et Ed Bennett, Superviseur pour l’évaluation de la réceptivité communautaire

Encore cette année, le RCAS poursuit sa campagne pour la promotion du modèle de réduction du risque et de réceptivité communautaire , tant sur les réserves qu’à l’extérieur de celles ci, afin de s’attaquer aux problèmes liés au VIH, au sida, à l’hépatite C et aux infections transmissibles sexuellement et par le sang.

Les préjudices causés aux personnes, familles et communautés autochtones par l’usage de substances sont considérables, et se répercutent d’une famille, d’une communauté et d’une génération à l’autre. Ces préjudices peuvent être ressentis de nombreuses façons et, entre autres, par la rupture de relations, l’éclatement de familles, la violence, la perte de sécurité financière, les maladies, voire la mort. S’ajoute à cette problématique   perçue par la plupart comme une crise de santé, par d’autres comme une épidémie   une augmentation rapide et significative du nombre de cas de VHC, VIH, sida et ITSS par l’usage de drogues injectables dans les communautés autochtones du Canada.

Nos communautés doivent être en mesure d’agir dans ce dossier en utilisant des moyens efficaces, culturellement appropriés et spécifiques à la communauté. La plupart des Autochtones seront d’accord; il est honorable et pratique de travailler vers la réduction des préjudices associés à l’usage de substances chez les Autochtones, dans les familles et dans les communautés. C’est pour cette raison que le RCAS a mis au point un projet de formation afin d’évaluer les stades de réceptivité d’agences et de communautés à entreprendre de précieuses initiatives et politiques en vue de réduire les préjudices pour ces agences et communautés.

Cette formation a pour but de renforcer les capacités des organisations et communautés basées sur les réserves et à l’extérieur de celles-ci afin qu’elles soient en mesure de conduire des évaluations de la réceptivité communautaire et de dispenser une formation relative à l’évaluation de la réceptivité communautaire permettant d’établir le stade de réceptivité envers la mise en œuvre d’interventions culturellement appropriées pour la réduction des préjudices en lien avec la prévention du HCV, du VIH, du sida et des ITSS. Le matériel de formation utilisé à ces fins peut inclure, entre autres outils, le guide du RCAS destiné au facilitateur afin de former le formateur sur la réceptivité communautaire et l’implantation d’interventions culturellement appropriées aux communautés autochtones; le Guide de mise en œuvre de la réduction des méfaits et le Community Readiness Model élaboré par le Centre de recherche triethnique pour la prévention.

Le RCAS prépare quatre séances nationales pour la formation du formateur qui seront réparties au cours de l’année. Monique Fong, coordonnatrice pour la réceptivité communautaire, et Ed Bennett, superviseur pour le projet de réceptivité communautaire, organiseront et dispenseront la formation en espérant que les intervenants de première ligne des organisations et autorités provinciales et territoriales et des communautés des Premières Nations participeront à ces séances de formation du formateur pour acquérir des aptitudes et des ressources permettant d’évaluer la réceptivité communautaire pour ensuite mettre en œuvre des interventions culturellement appropriées contribuant aux efforts de prévention du VHC, du VIH, du sida et des ITSS et transmettre la formation à d’autres pour que se poursuivent les travaux d’évaluation de la réceptivité communautaire.

Pour plus d’informations sur les séances de formation afin d’évaluer la réceptivité communautaire, veuillez communiquer avec Monique Fong à l’adresse Monique@caan.ca ou avec Ed Bennett à l’adresse EdB@caan.ca

Monique Fong
Coordonnatrice du projet de réceptivité communautaire

Ed Bennett
Superviseur du projet de réceptivité communautaire

CAAN is currently under construction. Please check back soon for updates.