CommReadiness1Par Merv Thomas

Au cours de la dernière année, le RCAS a su adapter et développer un modèle d’évaluation de la réceptivité communautaire et de mise en œuvre d’interventions culturellement appropriées, et est en voie de dispenser la formation à l’Association nationale des centres d’amitié. Ce modèle identifie d’abord où en est la réceptivité communautaire, ce qui devrait donner à la communauté un point de départ pour mettre en œuvre de stratégies de réduction des risques et d’activités afin de traiter des risques en lien avec le VIH et le sida.

Voici un extrait du rapport d’évaluation final de Dave Pranteau :

Le RCAS s’est servi du modèle de réceptivité communautaire élaboré par la recherche sur la prévention du centre triethnique de la Colorado State University, et l’a adapté pour les communautés autochtones. Au cours de l’exercice financier 2009 2010, le projet d’évaluation de la réceptivité communautaire a aidé quatre organisations à évaluer la réceptivité communautaire sur quatre groupes cibles. Étant donné le succès retentissant de ce projet, il a été décidé d’un projet à court terme pour dispenser cette formation à deux communautés des Premières Nations vivant sur des réserves. Une communauté des Premières Nations sera d’abord engagée; elle sera désignée comme « organisme hôte local » et aura la responsabilité d’aider le coordonnateur du projet à établir un rapport et un lien de confiance et de collaboration avec la communauté locale des Premières Nations.

En 2010 2011, le RCAS dirigeait des évaluations de réceptivité communautaire avec des organisations autochtones et des communautés des Premières Nations. Par conséquent, le RCAS a pu documenter les leçons qu’il a tirées des projets pilotes. Les lacunes concernaient la capacité de passer de l’évaluation aux approches de planification d’interventions culturellement adaptées pour ensuite mettre en œuvre des plans dans les communautés. La clé du succès réside dans l’implication, le dynamisme et une confiance solide des communautés.

La réceptivité communautaire est un concept qui reconnaît que les communautés autochtones ne peuvent être contraintes à s’attaquer aux problèmes, qu’elles doivent y être préparées physiquement, émotionnellement, mentalement et spirituellement. Ce concept tient compte des réalités plus larges pouvant rendre difficile la réceptivité, dont la colonisation, le traumatisme intergénérationnel, la violence familiale, le racisme, les mécanismes d’adaptations, par exemple : l’abus de substances, le silence et la honte. Par ailleurs, chaque communauté possède des forces et des ressources qui lui sont propres, par exemple les croyances traditionnelles et la sagesse des Aînés, et celles ci peuvent être évaluées et intégrées dans une stratégie.

CommReadiness2L’évaluation de la réceptivité communautaire et la mise en œuvre d’interventions culturellement adaptées aux communautés autochtones 2011–2012 est un modèle pour le changement d’une communauté intégrant sa culture, ses ressources et son niveau de réceptivité afin de mieux traiter d’un problème, quel qu’il soit. Dans le cas présent, ce dont il faut traiter, c’est la réduction des préjudices. Le problème mobilise les membres de la communauté et permet d’établir une collaboration et d’augmenter leur capacité à prévenir et à intervenir.

Chaque communauté est unique et, par conséquent, chacune est unique en ce qui concerne son niveau de réceptivité communautaire et son habileté à mettre en œuvre des approches de réduction des préjudices pour la prévention du VIH et du sida. La réceptivité communautaire correspond au « degré de préparation de la communauté à poser des actions pour un problème précis ». Les aspects et les stades définissent les concepts fondateurs de la réceptivité. Une évaluation de la réceptivité communautaire peut également mettre en valeur le travail déjà entrepris.

Une évaluation vise à aider la communauté à connaître l’étendue du problème, à définir celui ci dans le contexte d’une communauté particulière et à s’approprier le problème pour augmenter la capacité de la communauté à progresser. La meilleure nouvelle, c’est que les bénéfices l’emportent largement sur les coûts; diriger une évaluation est un processus simple et peu exigeant en matière de ressources et de temps investis.

CAAN is currently under construction. Please check back soon for updates.