Par Sherri Pooyak, directrice de la réceptivité communautaire (Ouest)

Depuis la publication du dernier bulletin, Marni Amirault et moi, les deux directrices de la réceptivité communautaire du Centre AHA, avons été incroyablement occupées à participer à des conférences où nous présentions le Centre AHA et à faire la promotion des travaux du RCAS. Nous avons particulièrement apprécié notre voyage à St. John’s, à Terre-Neuve, dans le cadre de l’événement annuel de l’Association canadienne de recherche sur le VIH. Nous nous sommes aussi rendues à Cape Spear, en Nouvelle-Écosse, le point le plus à l’est du Canada, ce qui n’est pas une mince affaire pour moi, qui habite à Victoria, en Colombie-Britannique.

Les conférences sont toujours une occasion parfaite pour échanger des idées avec des chercheurs et les membres de la communauté sur les travaux en cours au RCAS et au Centre AHA.

En mai, je me suis rendue à une conférence communautaire présentée par deux partenaires communautaires du RCAS, le centre communautaire Shining Mountains Living Community Services et le Collège Red Deer, partenaire de recherche universitaire. Au cours des quelques dernières années, je me suis également engagée dans le projet Voices to Action, et on m’a demandé de prononcer le discours d’ouverture, qui encourageait à mener toute recherche dans les règles et à travailler avec les communautés des Autochtones affectés par le VIH et le sida. J’étais profondément honorée d’être ainsi invitée à participer et à prendre la parole lors de cet événement.

Également, j’ai pris part à un forum à Prince George, en Colombie-Britannique, qu’avaient organisé le Pacific AIDS Network et l’Université de Northern British Columbia sur l’établissement de priorités dans le nord de la Colombie-Britannique en ce qui concerne le VIH et le sida. Cette conférence était captivante, et j’ai pu y créer de nouveaux liens dans le nord et y approfondir mes connaissances sur certaines problématiques propres à ces régions rurales et reculées. L’un de nos partenaires, Aboriginal Health Research Network Secretariat, organise annuellement un rassemblement national des étudiants diplômés. Cette année, ce rassemblement avait lieu à l’Université Simon Fraser, à Burnaby, en Colombie-Britannique. Là encore, on m’a demandé de faire une présentation sur les travaux du Centre AHA et du RCAS. J’ai eu beaucoup de plaisir à parler du Centre avec les étudiants, et j’espère avoir attisé chez un grand nombre d’entre eux un intérêt envers la recherche communautaire et le VIH.

En plus de participer à des présentations dans des conférences, soit à titre de participante ou de conférencière, j’ai pris part à des réunions. Les réunions communautaires constituent une partie importante de nos travaux puisqu’elles nous offrent, au Centre AHA, l’occasion de rencontrer des partenaires du RCAS et de créer des liens. Je cite, à titre d’exemple, le Cedar Project, une initiative de recherche communautaire britanno-colombienne, et Digging Deep: Examining the root causes of HIV and AIDS among Aboriginal women, chacun de ces deux projets de recherche étant subventionné par une bourse d’opération des IRCS et mené par sa communauté locale, pour sa communauté locale et dans sa communauté locale. L’une des tâches importantes dans notre travail est de participer à l’obtention de telles bourses et d’y apporter notre soutien de toutes les façons possibles.

La fin du mois de juin a été occupée par l’assemblée générale annuelle du RCAS qui se tenait à Toronto. Quelle belle occasion cette assemblée a donné de créer des liens avec les membres du personnel du RCAS et de rencontrer de nouveaux visages. L’AGA du RCAS revêt toujours, pour moi, un attrait particulier puisque j’y apprends une multitude de choses sur ces activités, ces programmes et ces projets de recherche géniaux qui prennent place partout au pays.

Une fois l’AGA terminée, au Centre AHA, nous avons eu notre toute première formation comme associés de recherche communautaire. Au cours de ces deux journées, Marni et moi avons fait connaissance avec les quatre associés de recherche en poste. La formation a été une grande réussite, puisqu’elle nous a permis d’apprendre à connaître les associés de recherche et à entendre leurs témoignages sur leurs travaux en cours. La formation avait pour but de donner un entraînement aux associés de recherche quant au Centre AHA et au RCAS; toutefois, elle s’est transformée en une occasion pour fraterniser et apprendre les uns des autres. Bref, la réussite fut totale! Les associés de recherche ont acquis des connaissances sur le Centre AHA et le RCAS, et perfectionné leurs connaissances sur le programme boursier des IRSC et le mécanisme de demande et de soumission d’une bourse aux IRSC. Quant à Marni et moi, nous avons appris des choses captivantes sur les travaux mobilisant les associés de recherche, que ce soit sur le plan de la recherche ou sur le plan communautaire, en ce qui a trait à la promotion et à la démystification de la recherche. Nous espérons pourvoir les six postes d’associé de recherche l’automne prochain; vous devriez donc voir des postes affichés dans les provinces suivantes : Colombie-Britannique, Manitoba, Québec, Yukon et Territoires du Nord-Ouest, ainsi qu’un poste de représentant pour toute la région des provinces de l’Atlantique.

Du 28 au 30 juin, à Toronto, le RCAS commanditait la campagne pour le modèle de réceptivité communautaire quant à la réduction des méfaits et une séance nationale de formation du formateur; il aidait également les personnes vivant sur des réserves et à l’extérieur des réserves à lutter contre le VIH, le sida, l’hépatite C et les infections transmissibles sexuellement et par le sang.

CAAN is currently under construction. Please check back soon for updates.