Par Renee Masching, Directrice de la stratégie et de la recherche

Le programme de recherche du RCAS est déterminé par nos membres autochtones vivant avec le VIH/sida (AVVS) et nos organisations autochtones. Les secteurs clés qui ont retenu notre attention incluent l’accès aux soins, aux traitements et au soutien; la réprobation et la discrimination; la santé mentale et les besoins des femmes. Le RCAS a mené plus d’une dizaine de projets de recherche au cours des dix dernières années; de plus, il a participé activement à des équipes de recherche sur plus de vingt autres projets de recherche. En plus d’investir dans des projets de recherche innovateurs, le RCAS déploie des efforts constants pour renforcer les capacités des cadres en recherche indigène communautaire.

Il nous a finalement été possible de lancer deux importants projets catalyseurs (de développement) dont nous avions discuté lors de l’assemblée générale annuelle de 2011. L’équipe du télégraphe mocassin du 21e siècle examine les possibilités entourant la communication par la technologie Web 2.0 pour faire la promotion de notre travail et faire avancer notre liaison avec nos communautés. Notre coordonnateur de projet est Mike Patterson, et nous recevons un appui précieux du Centre en recherche sociale pour la prévention du VIH des IRSC. Le projet Partager l’étendue des terres : mise en œuvre d’une initiative d’intervention pour le leadership des AVVS progresse tranquillement. Les membres des équipes communautaires et universitaires se sont rencontrés, et nous recrutons actuellement un coordonnateur à temps partiel. Nous vous ferons part des derniers développements sur ces deux projets à l’assemblée générale annuelle.

Nous avons toutefois des nouvelles sensationnelles à vous annoncer : deux nouveaux projets de centres de recherche pluriannuels ont été financés! Ces nouveaux projets de recherche exploreront l’interprétation de ce qu’est un foyer et de quels sont les besoins en hébergement, ainsi que les conséquences que cela entraîne de vivre avec le VIH sur toute la famille autochtone. Le lancement officiel de ces projets est le 1er avril; quant à leur financement, il sera débloqué une fois que seront réglés les aspects relatifs aux soumissions éthiques et au volet administratif. Ces deux projets sont les suivants :

L’objectif de Foyer stable, famille solide : Solutions pour le logement et la santé des Autochtones vivant avec le VIH et le sida au Canada est d’identifier les lacunes quant à l’accès à un logement convenable respectant l’identité culturelle et le concept du logement pour les AVVS. Nous examinerons comment la compréhension culturelle de ce qu’est le logement influence le comportement relatif au VIH et la qualité de vie chez les AVVS. En tant que contributeurs importants au profit du maintien de l’identité culturelle et du lien familial et au profit de la communauté et de l’environnement, nous chercherons à comprendre les notions autochtones de ce que sont un lieu et un logement, et étudierons la façon optimale d’incorporer ces notions dans la conception de résidences.

L’objectif global à long terme de Questions familiales : Informer la famille autochtone affectée par le VIH sur un modèle de soins reposant sur la famille est d’identifier d’importantes caractéristiques et de fournir des solutions s’appuyant à la réalité des Autochtones pour établir des modèles d’intervention programmatiques adressés à tous les membres d’une famille affectée par le VIH et leur apportant un appui. Afin d’atteindre nos objectifs, nous solliciterons, tout au long de cette étude multi?méthodes, des familles autochtones vivant avec le VIH et le sida, avec égard au fait que dans un contexte de culture autochtone, la famille s’étend au?delà des liens biologiques. Par conséquent, la famille, aux fins de cette étude, peut inclure ou non la famille d’origine biologique, et inclut les parents autochtones vivant avec le VIH, les enfants autochtones vivant avec le VIH ou affectés par le VIH et d’autres personnes à l’intérieur du cercle de parenté.

Par ailleurs, nous sommes également concernés dans des projets en lien avec la jeunesse autochtone (dirigés par le Conseil national autochtone de la jeunesse contre le VIH/Sida du RCAS et le Native Youth Sexual Health Network), des recherches communautaires avec des communautés inuites (dirigées par les Pauktuutit Inuit Women of Canada) et des projets accordant la priorité à la santé des femmes; de plus, nous avons contribué à un nouveau programme de crédits pour la formation médicale continue.

Enfin, nous attendons avec impatience l’annonce, en juin 2012, concernant les résultats d’une compétition de financement pour établir un centre national collaboratif de recherche communautaire sur le VIH et le sida chez les Autochtones (Centre VSA). Les communautés autochtones, le VIH et le sida seront directement en cause dans tous les aspects de nos recherches. Grâce à l’équipe de meneurs que forment les chercheurs et Aînés très respectés de notre communauté, dont la plupart sont autochtones, le Centre VSA sera géré de façon à respecter les principes de propriété, de contrôle, d’accès et de possession (PCAP) et l’intégrité attendus dans la communauté et le milieu universitaire. Nous unirons la communauté de recherche par une équipe de chercheurs possédant une combinaison d’expérience, de formation et de relations dans la communauté pour favoriser une recherche innovatrice avec des répercussions importantes en réponse au VIH et au sida chez les Autochtones au Canada. Le Centre sera fondé sur l’échange de renseignements, le développement de recherche et une approche innovatrice de la connaissance à l’action. Ce projet reçoit l’appui de partenaires universitaires, de la recherche communautaire et d’organisations communautaires pour le VIH et le sida chez les Autochtones, qui ont envoyé cinquante lettres d’appui; il représente une subvention de 1,5 $ million sur une période de cinq ans!

CAAN is currently under construction. Please check back soon for updates.