par Bryan Sparrow, étudiant-stagiaire

Alors que nous en sommes à notre 15e année d’existence, le VIH ne peut plus être considéré comme marginal. Lors de l’AGA de l’année dernière, les appels pour que le mandat du RCAS soit élargi ont été entendus, et c’est pourquoi les besoins des AVVS sur les plans tant physique que social et psychosocial sont maintenant au cœur de l’action du Réseau.

Jessica Danforth, coordonnatrice au Conseil national autochtone de la jeunesse contre le VIH/sida, est heureuse de cette nouvelle orientation, mais elle affirme que cette approche n’est finalement pas si nouvelle qu’il semble. Je me suis récemment entretenu avec elle sur cette approche holistique et sur l’avenir du Conseil.

Bryan : Bonjour Jessica. J’espère que vous allez bien. Parlez-nous des activités du Centre national autochtone de la jeunesse au cours des derniers mois.
Jessica : Nous avons fait beaucoup de choses. Récemment, nous avons tenu notre deuxième rencontre sur le projet de recherche communautaire Les aiglons prennent leur envol, à Victoria et avons participé à une autre conférence du RCAS qui s’est très bien déroulée. Nous avons également accueilli un nouveau membre du conseil, Scosha Diamond, qui est également membre du conseil du RCAS. Voilà une excellente nouvelle puisque cela contribuera à mieux faire entendre la voix des jeunes au sein du RCAS. Actuellement, nous nous préparons fébrilement à participer à l’AGA du RCAS à Vancouver, à la fin du mois.

B : De nos jours, de nombreux facteurs sont en jeu dans la problématique du VIH. Quels sont les risques les plus importants pour les jeunes actuellement?
J : Nous devons cesser de parler de jeunes « à risque » et commencer plutôt à parler des déterminants sociaux de la santé. Notre statut de colonisés et le racisme sont des facteurs de risque. Mais en soi, être un jeune Autochtone ne nous met pas « à risque », il constitue au contraire une force sur laquelle nous devons miser.

B : Que signifie l’approche des soins holistiques pour le Centre national autochtone? Est-ce que cette nouvelle approche vous interpelle?
J : Je trouve intéressant de souligner que l’approche holistique est très présente dans les cultures autochtones. Elle s’appuie sur ce que nous sommes et sur ce que nous avons été. Elle exige que nous nous penchions sur notre passé et que nous redécouvrions notre savoir ancestral et nos traditions. Aujourd’hui, les jeunes composent des chansons sur la vie actuelle pour que leur voix soit entendue dans 100 ans. L’approche holistique est axée sur l’autodétermination et sur la connaissance et la compréhension de ce qui est bon pour nous-mêmes, pour notre santé et pour notre corps. Elle nous ouvre tous les choix de vie, que ce soit des modes de vie traditionnels ou des modes de vie occidentaux.

B : Quels sont les défis qui se posent avec cette nouvelle approche?
J : Il n’y a pas de défi particulier. Nous avons toujours fonctionné selon une approche holistique. Je ne crois pas que le VIH puisse être le seul sujet de préoccupation d’un jeune. Nous devons reconnaître que la vie comporte de nombreux autres enjeux, comme la coinfection, la santé mentale et la toxicomanie, et que ces réalités font partie de nos vies.

B : Comment voyez-vous l’avenir du Centre national autochtone de la jeunesse contre le VIH/sida?
J : J’espère qu’il survivra, cela est d’une extrême importance. Le Centre fut à l’origine de la création du National Native Youth Council aux États-Unis et c’était génial de constater les liens de mentorat entre les deux organisations. Il faut multiplier de telles initiatives. Il est bien d’avoir deux organismes du genre en Amérique du Nord, mais ce serait encore mieux si le concept s’étendait à toute la planète. J’aimerais même que des plus jeunes encore s’impliquent et s’engagent avec de nouveaux partenaires. En 2013, on peut prévenir le VIH.

L’AGA et la conférence sur le développement des compétences du RCAS 2013
L’assemblée générale annuelle du RCAS
L’AGA du RCAS aura lieu au Empire Landmark Hotel à Vancouver. Visitez notre site Web à www.caan.ca/events/
Dates de la conférence sur le développement des compétences et de l’AGA :
• 24 juin 2013 – Arrivée
• 25 juin 2013 – Caucus AVVS
• 26 juin 2013 – Développement des compétences et ateliers
• 27 juin 2013 – Avant-midi : AGA du RCAS
• 27 juin 2013 – Après-midi : Départ
Surveillez nos mises à jour sur Facebook, Twitter, dans notre bulletin ou notre site Web.

CAAN is currently under construction. Please check back soon for updates.