Par Bryan Sparrow, stagiaire

J’ai peine à croire que cet été était mon 7e  consécutif en tant que stagiaire au RCAS. Les murs de ce bureau, dans la réserve de Musqueam, ont été le théâtre de mon épanouissement depuis le moment où, âgé de 16 ans, j’ai commencé mon stage comme étudiant, jusqu’à aujourd’hui, où me voilà diplômé universitaire de 22 ans. Après ma convocation du 9 juin, je n’ai pas perdu de temps avant de me remettre au diapason des activités du RCAS et de prendre la relève dans l’accomplissement des préparatifs en vue de notre assemblée générale annuelle, en juillet de cette année.

Le succès qu’a connu l’AGA du RCAS cette année est en partie attribuable à l’ajout d’une seconde journée pour les AVVS et à la présentation faite par le suppléant de l’agent de santé provincial de la Colombie-Britannique, Dr Evan Adams. Toutefois, les événements qui m’ont marqué ont été le festin et le partage culturel, le soir du 3 juillet.

Chaque année, lors du banquet, nous rendons hommage à un groupe de personnes, de communautés et d’organisations pour la contribution qu’ils ont apportée aux travaux que nous effectuons à travers le prisme du VIH; à la fin de la soirée, presque tout le monde a la larme à l’œil. Cette année ne faisait pas exception. Le récipiendaire du Prix pour l’enrichissement du patrimoine, Rodney Little Mustache, m’a particulièrement ému, ayant dû affronter nombre d’obstacles au cours de sa vie.

Et comme si la première partie de son discours n’était pas assez inspirante, Rodney concluait en insistant sur l’importance de l’éducation dans sa vie; lorsqu’il a annoncé qu’il avait été accepté dans le programme du baccalauréat en arts de l’Université de la Colombie-Britannique, ses paroles ont été accueillies par un tonnerre d’applaudissements. Je crois m’exprimer au nom de tous ceux présents en avouant que je partageais son sentiment de fierté après avoir entendu parler de sa réussite.

Ce sont de tels moments instructifs qui font en sorte que les mois de planification, les heures d’affection au bureau d’inscription et tous ces aller-retour au Bureau en gros comme employé du RCAS en valent la peine. Après avoir vécu tant d’adversité dans sa vie, Rodney rayonnait de ses vraies couleurs, ce soir-là, et irradiait par le message positif dont il était porteur : il n’est jamais trop tard pour poursuivre sa passion. Même si je viens de terminer un baccalauréat en journalisme au terme de quatre années d’études, j’ai l’intention de retourner au Collège Humber pour suivre un programme d’études supérieures en relations publiques en janvier. Il va sans dire, l’enthousiasme de Rodney a déteint sur moi, et j’espère qu’il vous a également inspiré d’une façon ou d’une autre.

CAAN is currently under construction. Please check back soon for updates.