Écrit par : Trevor Stratton

Coordonnateur du GTIIVS

L’année 2015 a été épiqueen ce qui concerne la réponse du monde au VIH par  l’adoption des objectifs de développement durable et de la Stratégie 2016-2021 de l’ONUSIDA.

Attention, monde ! Il semble que le plateaudes événements mondiaux importants servis en 2016 sera également magistral.

Mais nos gestes changent-ils quelque chose pour les peuples indigènes et le VIH?

6e Conférence préliminaire indigène internationale sur le VIH et le sida

La Conférence internationale sur le sida a toujours été marquée par un excellent taux d’occupation par les peuples indigènes, et la Conférence internationale sur le sida 2016, qui se tiendra du 18 au 22 juillet à Durban, en Afrique du Sud, ne fera pas exception. De nouveau, le GTIIVS a fait une demande pour héberger une zone de réseautage dans le Village Mondial de la Conférence internationale du sida 2016, où les peuples indigènes afficheront leurs couleurs et partagerontdes pratiques prometteuses avec le monde. Le GTIIVS accueillera également sa 6e Conférence préliminaire indigène internationale sur le VIH et le sida à Durban, les 17 et 18 juillet.

L’inscription et l’appel pour des résumés sont maintenant accessibles par ce lien :

http://www.aids2016community.org/category/iiwgha/

ind1

6e Conférence préliminaire indigène internationale sur le VIH et le sida

Protea Hotel Umhlanga Ridge

14 Palm Boulevard

Umhlanga Ridge

South Africa

Les délégués potentiels sont encouragés à faire parvenir leurs résumés pour l’un ou l’autre des 4 volets d’apprentissage de la conférence préliminaire :

  • Médecine, soins, traitements, soutien et prévention selon les traditions
  • Identités, vues du monde et VIH chez les indigènes
  • L’implication significative des femmes et des filles
  • Leadership, défense des intérêts et politique : S’attaquer aux facteurs sociaux et structuraux influents du VIH

Le comité de planification de la Conférence préliminaire indigène internationale sur le VIH et le sida est un groupe dévoué de bénévoles et de coordonnateurs en provenance de communautés indigènes et non indigènes et de nombreux pays. Notre but est de créer un espace de discussion transformateur où les peuples indigènes peuvent se relier au mouvement indigène mondial contre le VIH. Nous espérons vous voir à Durban!

Réunion de haut niveau sur le sida de l’assemblée générale des Nations Unies

La Conférence internationale sur le sida 2016 n’est pas le seul enjeu en ville cette année. Du 8 au 10 juin aura lieu la Réunion de haut niveau de l’ONU sur le sida, au terme de laquelle sera produit un Énoncé des résultats sous la forme d’une déclaration politique sur le sida.

Selon l’ONUSIDA, il est crucial que la nouvelle Déclaration politique sur le sida soit établie sur les piliers et les objectifs de la Stratégie de l’ONUSIDA 2016-2021 et ses rapports puissants avec les objectifs pour le développement durable (ODD), et expressément ODD 3 (Bonne santé et bien-être), ODD 5 (Égalité entre les sexes), ODD 10 (Réduction des inégalités), ODD 16 (Des sociétés justes, pacifiques et inclusives) et ODD 17 (Partenariat mondial). Il sera important de s’assurer que les pays s’engagent dans l’accélération de la riposte comme unique moyen d’envisager la lutte au sida au cours des 5 prochaines années si le monde veut atteindre l’objectif de mettre fin au sida d’ici 2030.

ind2Selon l’approche 90-90-90 pour accélérer la riposte, d’ici l’an 2020, 90 % de toutes les personnes vivant avec le VIH connaîtront leur statut, 90 % de toutes les personnes vivant avec le VIH et connaissant leur statut recevront un traitement antirétroviral continu, et 90 % de toutes les personnes sous traitement antirétroviral auront une charge virale supprimée (indétectable). Cela signifie également que le monde doit tripler son investissement dans la lutte au sida immédiatement pour atteindre les cibles 90-90-90.

Pour accélérer la riposte, nous avons besoin de financement, pas seulement de mots.

Le Canada répondra-t-il à l’appel? Le peuple indigène sera-t-il de nouveau délaissé?

Trevor Stratton, coordonnateur du GTIIVS, a obtenu une place au sein du groupe de travail pour la Réunion de haut niveau sur le sida. Le groupe de travail pour la Réunion de haut niveau sur le sida planifie une audience interactive de la société civile le 6 avril au bureau de l’ONU de New York en vue de la Réunion de haut niveau sur le sida. Marama Pala, coprésidente du GTIIVS, en Nouvelle-Zélande, est également membre du groupe de travail pour la Réunion de haut niveau sur le sida, et occupe l’un des deux postes de coprésidence pour le groupe représentant la société civile.

Représentation du RCAS à la délégation du Conseil de coordination du programme (CCP) des organismes non gouvernementaux (ONG) de l’ONUSIDA

ind3Trevor a également reçu un mandat de 2 ans comme délégué représentant l’Amérique du Nord pour le Réseau canadien autochtone du sida (RCAS) dans le conseil de coordination du programme conjoint des Nations Unies pour renforcer les réponses au VIH et au sida (ONUSIDA) pour la délégation des ONG. Trevor a été nommé président du groupe de travail des réunions mondiales pour la délégation. Dans le cadre de son mandat, ce groupe de travail contribue aux résultats pour la Conférence internationale sur le sida 2016, à la Commission de la condition de la femme de l’ONU, à la Réunion de haut niveau sur le sida de l’ONU et à la session extraordinaire de l’Assemblée générale sur la drogue.

Représentation fidèle des peuples indigènes dans des données épidémiologiques sur le VIH

Mais comment prouver ce que nous savons; que les peuples indigènes sont une importante population cible pour la lutte au VIH dans beaucoup de pays? Les leaders du GTIIVS savent qu’il nous en faut la preuve pour démontrer ceci au monde.

ind4De gauche à droite : José Yac, Renée Masching, Pilar Montalvo, Dre Alexandra King, Malcolm King, Trevor Stratton

Membres de l’équipe de recherche sur l’ensemencement qui se sont réunis à Quetzaltenango, au Guatemala

Pour commencer ce travail, les membres de la nouvelle équipe du projet de recherche sur l’ensemencement du GTIIVS se sont déplacés pour une rencontre à Quetzaltenango, au Guatemala, du 1er au 5 février de cette année. Le but principal du projet est de soutenir les chercheurs indigènes dans l’ensemencement de graines pour des recherches communautaires qui bénéficieront aux populations indigènes affectées par le VIH. Notre travail produira un protocole d’éthique en recherche pour guider l’engagement auprès des peuples et des communautés indigènes.

Voilà à peine quelues années, il semblait que les peuples indigènes observaient de l’extérieur pendant que nous accomplissions les étapes pour augmenter la visibilité des conséquences du VIH et du sida dans les communautés indigènes à l’échelle internationale.

Cette année, toutefois, étant donné que le leadership du GTIIVS prenait de l’expansion pour inclure des experts indigènes en Afrique australe et en Europe, les activistes du VIH des quatre coins du monde ont vu le Réseau canadien autochtone du sida prendre sa place au milieu du premier rang sur la scène internationale de l’ONUSIDA.

Enfin, le RCAS, le GTIIVS et les personnes indigènes vivant avec le VIH et le sida ont une voix aux Nations Unies.

Réunions et événements à venir

  • 7 avril 2016 — audience de la société civile à New York dans le cadre de la Réunion à haut niveau élevé sur le VIH de l’ONU
  • 8 au 10 juin 2016 — Réunion de haut niveau sur le VIH de l’ONU à New York
  • Session extraordinaire de l’Assemblée générale de l’ONU sur la drogue à New York — 19 au 21 avril 2016
  • Assemblée générale annuelle du RCAS — Montréal (Québec) Canada — 14 au 17 juin 2016
  • Conférence préliminaire indigène internationale sur le VIH et le sida — Durban, Afrique du Sud — 16 et 17 juillet  2016
  • Conférence internationale sur le sida 2016 — Durban, Afrique du Sud — 18 au 22 juillet 2016

CAAN is currently under construction. Please check back soon for updates.